Dans une entreprise, un employé a toujours droit à un congé. C’est une période ou un intervalle de temps que la société accorde au salarié pour s’absenter. Il existe plusieurs sortes de congé et le congé de paternité en fait partie. C’est surtout les futurs pères qui ont des statuts de travailleurs à plein temps qui peuvent bénéficier de ce privilège. À la différence du congé de maternité, ce type de disponibilité est accordé à l’employé après la naissance de l’enfant.

Durée du congé de paternité

Si les congés sont comptés en fonction des jours ouvrables et jours ouvrés d’une entreprise, le congé de paternité, lui, est compté en prenant en compte le jour calendaire. Cela veut dire que si un employé fait une demande de congé de paternité, les jours fériés et les week-ends seront comptés. Généralement, le congé de paternité dure 11 jours pour 1 enfant né. Le congé de naissance accordé au père de l’enfant ne sera donc pas déduit de cette période et ce dernier peut s’absenter après les trois jours conventionnels.

Cependant, le père peut ne pas prendre le congé de paternité dès la fin du congé de naissance. Il peut planifier son congé à sa guise et l’employeur n’aura pas le droit de refuser le congé.

L’allocation de congé de paternité

Comme tout droit dans une entreprise, le congé de paternité doit être accompagné d’une indemnité. Or, cela ne correspond pas à son salaire, car pendant la période où il sera absent, le contrat du salarié se voit suspendu. Il n’aura alors droit qu’à l’indemnité qui lui sera accordée après une demande déposée auprès de l’administration de l’entreprise. C’est donc un congé payé, mais cela dépend du statut de l’employé et de la bonne foi du responsable de l’entreprise. Les documents que le futur père fournira à ce dernier déterminera l’indemnité qu’il va percevoir.