Aménager un ascenseur dans un bâtiment ancien nécessite un investissement important. De plus, il y a des normes à respecter, ce qui rend la réalisation de l’installation très complexe. Pour plus d’information, trouvez dans les lignes qui suivent les détails sur cette procédure.

Analyser les dimensions de la cage d’escalier

Dans la plupart du temps, on installe un ascenseur dans le vide de la cage d’escalier. En effet, cette place est souvent la mieux placée pour effectuer le montage de la machine. Cependant, il y a des normes à respecter avant l’installation. Selon l’article 6 du circulaire 13.12.82, la largeur de l’escalier dans les parties droites doit être de 76 cm. Celle dans les parties courbes doit être de 80 cm. Cette exigence est impérative pour que le montage de l’ascenseur soit un succès. De plus, cela permet de garantir la sécurité des usagers lors de la montée et de la descente de l’escalier. Enfin, suivre ces normes est essentiel avant d’envisager tout projet d’installation d’ascenseur dans un bâtiment ancien.

Que faire si la cage n’est pas adéquate ?

Si la cage ne possède pas les dimensions exigées, il est recommandé d’effectuer une découpe des marches. Effectivement, cela permet d’agrandir la cage d’escalier. Dans ce cas, la largeur de l’escalier (entre les deux murs) devrait être entre 2,25 m et 2,40 m. Cette dimension est parfaite pour que l’aménagement de l’ascenseur soit une réussite.

Pour installer le matériel, assurez-vous d’abord qu’il y a assez de place dans les parties communes. Cependant, la machinerie de l’ascenseur peut être placée dans un endroit haut, dans une partie basse, dans le grenier, ou même dans la cave. Si par malheur, ces solutions ne sont pas envisageables, il vous reste encore une option.

Un ascenseur installé à l’extérieur, pourquoi pas ?

Si aménager un ascenseur à l’intérieur du bâtiment est impossible, installez-le à l’extérieur. C’est un projet faisable selon l’avis de plusieurs ascensoristes professionnels. D’ailleurs, les contraintes techniques liées à la pose d’ascenseur en intérieur sont beaucoup plus nombreuses que celles en extérieur.

Mais il faut respecter l’aspect original ainsi que l’architecture de l’immeuble. En général, l’aménagement de l’ascenseur doit être obligatoirement effectué dans la cour du bâtiment. En outre, la réalisation des travaux d’installation doit impérativement faire l’objet d’une déclaration de travaux à la commune. Cette démarche est également essentielle pour assurer le respect du style architectural de votre lieu d’habitation. Pour aménager un ascenseur extérieur dans les Yvelines ou dans les Hauts-de-Seine, faites appel à l’entreprise Easy Lift, située à Versailles. Une équipe de professionnels est à votre disposition pour répondre à vos besoins et à vos attentes.

Installation d’un ascenseur : coûteuse, mais bénéfique

Aménager un ascenseur reste une opération coûteuse, quel que soit l’emplacement que vous choisissez. Par contre, sur le long terme, cette problématique peut être rentable. Évidemment, cette installation représente une plus-value, surtout si elle est placée dans un logement qui n’en possède pas. Cette valorisation ne se limite pas non seulement pour le bâtiment en lui-même, mais également pour chaque appartement.

Ainsi, cette plus-value fait croître la valeur de tous les appartements de 6 à 20 %. Effectivement, l’augmentation varie selon d’autres critères importants comme le quartier et la ville où se trouve l’immeuble, la nature du logement ainsi que l’étage. De plus, installer un ascenseur améliore considérablement la vie quotidienne des occupants du bâtiment.

Installation d’un ascenseur, les normes de sécurité

Toutes les règles sécuritaires à respecter avant, pendant et après l’aménagement d’un ascenseur sont désignées par la directive machine 2006/42/CE. Celle-ci concerne également les élévateurs dotés d’une vitesse de déplacement ne dépassant pas 0,15 mètre/seconde. En outre, l’ascenseur doit être obligatoirement composé d’un système anti-chute, d’une cabine équipée de porte et d’un contrôleur de vitesse.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •