Une scpi consiste à collecter des patrimoines immobiliers dans le but de rapporter des revenus plus stables par mois. Elle se manifeste par une acquisition de bureaux, de logements, d’appartement ou de maisons en utilisant les épargnes d’un investisseur. Ce dernier sera récompensé par un revenu trimestriel, issu des loyers des biens immobiliers qu’il a investis. Cette somme sera dépourvue des coûts d’entretiens, des divers frais relatifs à la gestion, des impôts locaux et des assurances. On appelle ce revenu une « quote-part ». Pour faire simple, chaque associé aura droit à un pourcentage des loyers acquis.

Quelque plus de ce système

La scpi représente d’énormes atouts pour un épargnant particulier. En s’associant à une société gestionnaire, un investisseur bénéficie d’un ticket d’entrée moins cher, ce qui est à l’opposé du système appliqué au bien en direct. Cette accessibilité est un atout majeur puisqu’il ouvre sa porte à tous types de particuliers souhaitant effectuer un placement rentable. Vous ne serez plus obligé de débourser une centaine de milliers d’euros avant de se lancer. Grâce à scpi, 7 500 € suffit largement pour débuter dans le placement immobilier.

Les soucis de gestion sont entièrement éradiqués du plan. Plus besoin de se tracasser pour les dossiers reliés à la gestion, y compris l’achat et la vente des biens, la recherche des locataires potentiels, la rédaction des baux, l’encaissement des loyers ainsi que les travaux d’entretiens, qui s’avèrent être parfois un véritable calvaire.

Autre avantage, les risques sont réduits à minimum, voire à néant. Tout investisseur digne de ce nom saurait qu‘il ne faut jamais mettre tous ses « œufs dans le même panier ». En d’autres termes, en acceptant d’acheter plusieurs parts de scpi, le patrimoine immobilier de l’épargnant sera diversifié. De ce fait, si jamais l’un de ses locataires refuse d’acquitter de cette somme, ce trou sera compensé par d’autres locataires, le temps de régler le problème.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •