Le dispositif de mobilité bancaire permet de faciliter le transfert ou le rachat d’un dossier pour passer d’un établissement bancaire à un autre. C’est à la fois un tremplin pour les banques en ligne souhaitant dénicher de nouveaux abonnés et pour les clients qui veulent profiter de meilleures offres proposées par la concurrence. Seulement, malgré les nombreux avantages qu’il peut mettre en avant, ce dispositif reste peu utilisé par les clients. Qu’elles peuvent être les freins de son utilisation ? Focus sur les résultats de la mobilité bancaire et ses éventuels obstacles.

La mobilité bancaire en quelques chiffres

Afin de comprendre les freins liés à la mobilité bancaire aux yeux des utilisateurs, il a été important de prendre connaissance de leurs avis sur le sujet. C’est ainsi qu’un sondage a été mené par OpinionWay et CCSF (Comité Consultatif du Secteur Financier) auprès des différents acteurs pouvant recourir à ce dispositif.

Une forte sensibilisation sur la mobilité bancaire

Suite à ce premier sondage sur le sujet, il en est ressorti que la sensibilisation face à la mobilité bancaire est très développée. Si plus de la moitié des clients en connaissent l’intérêt, 64% de ces derniers ont appris à connaître la mobilité bancaire via les médias. Pour plus de 15% des utilisateurs, cela s’est fait auprès des agences bancaires. C’est ainsi que 80% des nouveaux inscrits sont passés par un mandat venant du dispositif pour souscrire aux offres des banques en ligne et néobanques.

Le ressenti des utilisateurs face au dispositif

La mobilité bancaire a permis à plus de la moitié des utilisateurs de profiter de toutes sortes de bénéfices sans rencontrer le moindre problème lors de son utilisation. De ce fait, près de 90% des inscrits ont exprimés leur satisfaction face au dispositif. Le même pourcentage d’utilisateurs recommande d’ailleurs la mobilité bancaire à leur proche au vu des nombreux avantages que l’on peut en tirer, en commençant par exemple par la possibilité d’être informé et assisté au mieux tout au long de la démarche. Malgré cette forte appréciation, plus de 15% des personnes enquêtées indiquent un doute face à l’utilisation de la mobilité bancaire pour changer de banque.

L’utilisation de la mobilité bancaire par la banque

Plusieurs acteurs sont concernés par l’utilisation de la mobilité bancaire. Hormis les clients, que ce soit particulier ou entreprise, il y a notamment les divers établissements bancaires. Pour ces derniers, ce dispositif agit sur deux axes :
Un flux régulier entre les banques : Dans l’ensemble, les établissements bancaires comptent 1,2 million de contrats ayant sollicité la mobilité bancaire depuis sa mise à disposition. Plus de la moitié de ces derniers sont utilisés pour le départ vers une nouvelle banque que ce soit pour les particuliers ou les entreprises.
Un transfert simple et efficace : Les banques ont mis en place une sensibilisation sur la mobilité bancaire dans la plupart des contrats qu’elles proposent. C’est ainsi que les clients profitent de l’efficacité du dispositif lors du transfert de compte. D’ailleurs, le personnel bancaire suit une formation sur le sujet afin d’être le plus productif possible et permettre aux clients de tirer profit de l’offre.

Les différents obstacles du dispositif

Malgré son efficacité et les avantages qu’elle propose, la mobilité bancaire n’est pas autant exploitée par les clients qu’elle le devrait. On remarque même que son taux d’utilisation ne dépasse pas les 5%. Pourquoi ? Certaines offres de la banque constitue un frein au dispositif dont :
Le crédit immobilier : Près de 20% des utilisateurs préfèrent rester dans leur banque actuelle pour le taux d’intérêt et autres avantages proposé avec le crédit immobilier. Il ne faut pas oublier que les banques réclament la domiciliation de revenu sur le compte afin de profiter de certains bénéfices du contrat. Aussi, lorsque le client use de la mobilité bancaire, il peut soit profiter d’autres avantages soit être pénalisé selon les offres de sa nouvelle banque.
L’épargne : Les livrets d’épargne, que ce soit le livret A ou le PEL, ne sont pas pris en charge par la mobilité bancaire. De ce fait, le changement de banque implique soit de garder son épargne auprès de l’ancien établissement soit de faire le transfert soi-même. Pour les clients, une telle démarche est à la fois fastidieuse et coûteuse, ce qui n’est pas très encourageant pour solliciter le dispositif.
L’assurance vie : Ce produit fait partie de ceux que l’on ne peut transférer lors d’un changement de banque. Dans le cas où le client dispose d’un produit de ce type, il est donc obligé de solliciter deux banques pour gérer ses finances ou de résilier son contrat de l’ancienne banque afin d’en ouvrir un autre.
L’ouverture d’un second compte : Cette démarche est plus avantageuse durant les 13 premiers jours d’utilisation de la mobilité bancaire. Au-delà de ce délai, le client peut rencontrer des incidents bancaires dont les frais peuvent être importants.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •