Figurant parmi les offres de formation les plus répandues, le BTS Tourisme apparaît sur la plaquette d’information de près de 200 établissements en France. On peut y accéder, quelle que soit la ville de résidence. Les raisons d’une couverture si importante ? Les besoins accrus de compétences en tourisme, que ce soit sur le territoire français ou à l’international. Dans cet article, le point sur la filière.

Un programme axé sur des compétences en offre touristique

Au terme du parcours, l’étudiant acquiert des compétences en lien étroit avec l’offre touristique. Pour atteindre cet objectif, le cursus fait la part belle à la mercatique et conception de prestation touristique en lui réservant 300 h. Vient ensuite le cours intitulé tourisme et territoire. Il représente 240 h de travail assidu pour affiner les habiletés nécessaires pour concevoir l’offre touristique.

Puisque le monde du tourisme est principalement celui du contact avec la clientèle, une dose non négligeable de culture générale s’impose. La maîtrise de plusieurs langues étrangères figure au nombre des compétences requises. Pour cela, l’étudiant apprendra les indispensables de la gestion de la clientèle pendant 240 h. Il affinera sa compréhension des enjeux du monde contemporain à travers 120 h de culture générale, mais aussi d’acquisition d’autres langues.

Il faut mentionner les ateliers de professionnalisation qui occupent les élèves durant 210 h. Tous ces quotas, combinés avec les trois mois de stage répartis sur les deux ans, forment une charge de travail académique atteignant les 930 h par an.

Les atouts indéniables du livret de professionnalisation

C’est l’une des nouveautés les plus importantes de la révision des anciennes formations converties en BTS Tourisme. De quoi s’agit-il ? C’est un petit document qui rend compte des compétences développées par l’étudiant tout au long de son cursus. Le programme permet à l’élève de spécialiser dans une branche particulière de l’écosystème touristique. Les possibilités multiples vont du tourisme d’affaires au tourisme balnéaire en passant par le tourisme social et l’écotourisme.

Ceux qui le souhaitent peuvent garnir leur livret de professionnalisation par une expérience réussie en alternance. Le livret constitue un outil pour faciliter l’accès à l’emploi, car il établit un rapport objectif sur les compétences de l’étudiant. Le BTS Tourisme ouvre également les portes des formations de niveaux plus élevés. C’est le cas notamment de la licence professionnelle ou du Diplôme européen d’études supérieures. Ces parchemins peuvent s’acquérir à la faveur d’un cursus marqué Hôtellerie et tourisme.

Débouchés et employeurs possibles du détenteur d’un BTS Tourisme

Avec son diplôme en poche et ses compétences à fleur de peau, le jeune professionnel peut intégrer le monde du travail par différents accès. Il servira valablement à un poste de conseiller voyage et s’occupera des opérations de vente, peu importe la difficulté des tâches. Ses aptitudes le prédisposent à décrocher un emploi de forfaitiste où il sera force de proposition en matière de conception d’offres. Quand il est affecté au service de billetterie, ses missions consisteront principalement à fournir une assistance adaptée aux voyageurs. Gestionnaire de vols, accompagnateur de voyages, médiateur culturel, les possibilités d’emploi sont nombreuses.

Le BTS Tourisme permet de travailler dans une agence de voyages ou dans une centrale de réservation. En fait, c’est le diplôme adapté pour se faire recruter par les entités œuvrant dans le secteur touristique. Les structures d’accueil attachées aux organismes décentralisés peuvent également employer le détenteur d’un BTS Tourisme. Celui-ci cherchera également du côté des sociétés de transport aérien ou par voie maritime.

Voilà l’essentiel des informations à retenir sur le BTS Tourisme pour s’orienter convenablement.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •