Souvent, la crémation est réalisée en différée, et la remise de l’urne contenant les cendres d’un défunt à la famille peut prendre du temps. Parfois, il est même nécessaire de convenir d’un rendez-vous pour récupérer l’urne. La loi française est très stricte sur la destination des cendres. Ainsi, les possibilités autorisées sont limitées.

Quelques endroits pour la dispersion des cendres :

  1. En pleine nature

Il est interdit de faire disperser des cendres à proximité d’une habitation. Par contre, il est tout à fait possible de les disperser en pleine nature, comme en forêt par exemple. Faire une dispersion en pleine mer est aussi possible si tel était le souhait du défunt. Depuis le rivage, une distance minimale de 300 m doit être respectée. Il existe même une urne spécifique qui se dissolue dans l’eau de manière à faciliter cette démarche.

Par ailleurs, le lieu où les cendres ont été dispersées doit être communiqué à la mairie de naissance du défunt.

Pour une dispersion à l’étranger, il est nécessaire de procéder à des démarches spécifiques au pays de destination.

  1. Dans le jardin du souvenir du crématorium

Le jardin du souvenir est un endroit destiné à la dispersion des cendres dans un cimetière ou à proximité d’un crématorium.

Il existe un règlement intérieur dans un cimetière ou dans un crématorium. Ainsi, c’est le personnel du cimetière ou du crématorium qui va se charger de la dispersion des cendres dans le jardin du souvenir.

Comme dans le cas de la dispersion en pleine nature, la mairie de naissance du défunt doit être informée. C’est pour que la famille du défunt puisse se recueillir sur le lieu de dispersion.

  1. Dans une propriété privée

Faire une dispersion dans une propriété privée est possible, mais sous certaines conditions très strictes.

Certes, l’accord du propriétaire est nécessaire, mais puisque la dispersion a un caractère perpétuel, un libre accès au lieu de dispersion à la famille est exigé. Même si la propriété est vendue, une contrainte stricte au futur propriétaire est imposée.

Il faut avoir l’autorisation du préfet pour l’inhumation de l’urne dans une propriété privée, et pour une dispersion également.

Les endroits pour l’inhumation

  1. Dans une case de columbarium

Le columbarium se trouve dans un cimetière spécialement destiné pour l’inhumation des urnes. L’achat d’une case de columbarium et l’achat d’une concession de sépulture sont soumis aux mêmes exigences. Leur prix varie selon la durée de la concession voulue.

Plusieurs démarches administratives spécifiques sont requises pour l’inhumation d’une urne dans une case de columbarium. De même que, un marbrier doit intervenir pour l’ouverture et la fermeture de la case.

  1. Dans une cavurne 

Comme son nom l’indique, une cavurne est un caveau dédié aux urnes. Donc, il est plus petit.

L’inhumation dans une cavurne et l’inhumation de l’urne dans un caveau répondent aux mêmes exigences.

  1. Dans un caveau

Si vous êtes déjà en possession d’une sépulture, et qu’elle est déjà complète, il vous reste encore le « vide sanitaire ». Le vide sanitaire fait référence à l’espace qui existe entre le cercueil le plus haut et la dalle de la sépulture. Seulement, vous devez obtenir l’autorisation de tous les ayants droit comme pour une inhumation classique.

Ce qu’il ne faut jamais faire

Depuis la loi « sueur » en 2008, la conservation d’une urne à domicile est interdite. Toutefois, il est toléré de garder l’urne chez soi le temps de finir l’organisation de la destination finale.

De même que, ce n’est pas autorisé de partager les cendres du défunt.

Transport de l’urne

En province, par exemple, vous avez le droit de vous déplacer avec l’urne sans contrainte. Il n’y a aucune disposition particulière à prendre. En revanche, si vous avez l’intention de transporter l’urne à l’étranger, vous devez disposer d’un laissez-passer de la préfecture et d’autres documents requises par le pays de destination. La société PRESTATIONS FUNERAIRES COLOM BRUNO est la bonne adresse pour vous aider dans le transport de l’urne.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •