En Val-de-Marne, on circule facilement avec les transports en commun. Toutefois, il y a des situations où l’on a besoin de choisir un taxi, pour une question de commodité. Les taxis sont de plus en plus demandés, et rendent même parfois d’énormes services. Pour que le trajet se passe agréablement, sans anicroche, il y a des règles de bases qu’il faut retenir et appliquer avant de monter dans le taxi 94. La première est de faire attention au choix de taxi, car les arnaqueurs ne manquent pas dans la région Val-de-Marne. Pour tout type de service demandé, il est nécessaire de toujours faire appel à des professionnels, pour ne pas s’attendre à de mauvaises surprises. Ci-dessous d’autres conseils sur l’usage des taxis 94.

Se déplacer en toute sécurité

Un chauffeur de taxi digne de son titre, se doit de respecter et d’appliquer à la lettre, l’ensemble des règles du code de la route. Toutefois, il existe des contraintes à ce métier, que la préfecture de police a bien voulu prendre en compte. En effet, les chauffeurs de taxi ont le droit de rouler dans les couloirs de bus, sous l’application de quelques conditions.

Conditions de circulation

En voici quelques exemples :

  • Un couloir de bus est fait pour diminuer le trafic au privilège des transports en commun ;

  • Les taxis n’ont pas le droit de prendre ou de laisser descendre des clients sur ces voies spéciaux. Cependant, ces pratiques peuvent être acceptées, si cela ne gêne pas la circulation, ou que les clients à prendre en charge sont des personnes à mobilité réduite (personnes âgés, handicapés, personnes accompagnées par des enfants en bas âge, ou femmes enceintes) ;

  • Dans le cas où le taxi gênerait la circulation, le chauffeur de taxi peut être sanctionné.

Attribution de chacun dans un taxi

Un trajet en taxi 94 peut être court ou long, selon les besoins du client. Si l’on veut qu’il y ait une bonne ambiance dans le taxi, tout au long du parcours, il est primordial que chacun puisse connaître et respecter les droits de l’autre.

Chauffeurs de taxi

Le rôle premier d’un chauffeur de taxi est de respecter ce pour quoi le client le paie. En cours de route, il a le droit de proposer des services complémentaires au client, en échange d’un pourboire en fin de trajet. Selon le cas qui se produit, il a la possibilité de refuser d’effectuer son travail.

Les cas de refus de service

Plusieurs situations mènent un chauffeur de taxi à faire un acte de refus de service. En voici quelques exemples :

  • Si le client a des bagages qu’on ne peut transporter en main ;

  • Si le passager est accompagné d’un animal, sauf pour les chiens d’aveugle qui doivent être systématiquement pris ;

  • Si le voyageur est dans un état d’ivresse apparent, ou présente un problème d’hygiène;

  • Si le client est à proximité (moins de 50 mètres) d’une station de taxi, dotée de véhicules libres.

  • Si le passager exige de se rendre en dehors des communes de la zone de service ;

  • Si le chauffeur est dans sa dernière heure de service, et que la direction demandée n’est pas celui de sa maison ou de son garage.

Autres possibilités

Parmi les autres droits figure :

  • L’interdiction de fumer (généralement ordonné au client à l’aide d’une affichette).

  • Le refus de rouler à la suite d’un convoi funéraire.

  • La demande d’acompte pour le temps d’attente des passagers.

  • Le refus d’être payé par chèque ou par CB, qui doit être lisible sur la vitre du véhicule.

Côté passager

De son côté, le client a des droits et des prérogatives à faire respecter.

  • Il peut opter pour l’itinéraire de son choix (souvent réglé avant le départ) ;

  • Au cours du trajet, il a le droit de demander l’arrêt du taxi pour faire monter ou faire descendre une personne, tout en respectant la limite de capacité du taxi ;

  • Il a aussi la possibilité de choisir la station de radio qu’il souhaite entendre, mais pas le volume ;

  • Grâce aux offres des nombreux opérateurs de taxi, il peut désormais réserver un taxi à l’avance.

  • Et surtout, il est libre dans son choix de taxi. Il peut prendre celui qu’il veut, comme bon lui semble. Que ce soit sur une station ou une borne, du moment qu’il ne dérange personne.

Tarifs 2018 des taxis 94

Le prix d’une course de taxi est soumis à une règlementation stricte et unique : le compteur. Les tarifs en usage sont renouvelés annuellement par arrêté. Ils varient selon l’effectif des voyageurs, le nombre d’équipages, le temps d’attente, la distance du trajet, le trafic et la durée de la course.

Il est crucial de connaître les règles suivantes :

  • Peu importe la distance à parcourir, le prix minimum d’une course en taxi est limité à 6,20 € ;

  • Tout taxi pré-réservé par un opérateur de taxi, aura l’obligation de montrer le montant de la course d’approche sur le compteur (distance entre l’endroit où il a reçu la réservation et le lieu de rencontre avec le client) ;

  • C’est en fonction des heures creuses, que l’on applique les tarifs A, B ou C. Tout au long de la course, il est impératif de faire apparaître sur le compteur, le tarif en vigueur, à titre d’information du voyageur ;

  • Le montant final peut être additionné de compléments : soit 3 €/personne adulte à partir de la quatrième, 1 €/bagage à compter du deuxième (colis, poussette, vélo et tout chose encombrante).

Pratiques habituels dans un taxi

Dans un taxi, on trouve la confrontation de plusieurs cultures. Parfois, elles peuvent coexister le temps d’un trajet et d’autres fois non. Dans ces derniers cas, voici les démarches que doit effectuer le passager.

Démarches à adopter

Les parcours diffèrent selon les cas qui se présentent.

En cas de mésentente

Tout le monde peut avoir des différends avec un chauffeur de taxi. Que ce soit à propos des prix ou autre chose, la première démarche que le client doit réaliser est de noter le numéro d’inscription du taxi, consigné sur l’horodateur se trouvant à la plage arrière. L’étape suivante est de d’adresser une lettre de réclamation au service des taxis de la préfecture, de la zone de desserve, sans omettre aucun détail.

En cas de perte ou d’oubli d’un objet dans le taxi

Pour tous les cas, la relève du numéro d’identification du taxi doit être systématique. Avec ce numéro, la centrale de taxi peut identifier rapidement le taxi en cause et résoudre le problème dans les plus brefs délais.

Il y a aussi des situations où les chances de récupérer l’objet sont infimes. En effet, quand cela se produit, cet objet est automatiquement perçu par le Service des Taxis, dans une période de 3 jours ouvrables. Après, il y a une attente de 7 à 10 jours, avant qu’il ne soit envoyé au service des objets trouvés.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •