Les accidents peuvent survenir n’importe où et n’importe quand : à la maison, dans la rue, au travail… Leurs impacts peuvent être graves ou modérés. Quoi qu’il en soit, il est de notre devoir de venir en aide aux victimes. Pour bien faire, nous devons pratiquer les bons gestes. Quelles sont les bonnes attitudes à adopter dans de telles situations ?

Nous allons vous expliquer dans le présent texte les gestes de premiers secours adaptés aux différents cas.

Cas 1 : l’étouffement

Enfants et adultes peuvent être victimes d’étouffement. Il est important de déloger l’objet bloquant la respiration de l’individu le plus vite possible. Pour cela, donnez 5 claques dans son dos (entre les omoplates), ceci, dans l’objectif de provoquer une toux. Si l’objet persiste dans sa gorge, placez-vous derrière lui. Posez un de vos poings fermé entre son nombril et l’extrémité inférieur de son sternum, puis, réalisez 5 compressions abdominales.

Alternez 5 claques dans le dos et 5 compressions abdominales si son état ne s’améliore pas.

Au cas où la victime perdrait connaissance, allongez-la délicatement au sol et prévenez rapidement les secours. Continuez avec une réanimation cardio-pulmonaire en effectuant des compressions thoraciques jusqu’au retour d’une respiration normale ou jusqu’à l’arrivée des secours.

Cas 2 : le saignement

En cas de saignement abondant dû à une coupure, vous devez demander à la victime d’effectuer un point de compression sur sa plaie. En même temps, alertez les secours. Évitez de retirer l’objet coupant s’il est resté dans la plaie, car il bloque l’hémorragie. Si un membre a été sectionné, mettez-le sous la glace en attendant les secours.

Avant d’entrer en contact direct avec le sang de la victime, vous devez protéger vos mains. Exercez par la suite une pression directe sur la plaie. Allongez la victime en position horizontale pour qu’elle ne puisse pas voir le sang qui coule et continuez d’appuyer plus fermement sur la plaie jusqu’à l’arrivée des secours ou jusqu’à ce que la blessure cesse de saigner.

Cas 3 : la perte de connaissance

Un malaise pourrait conduire à la perte de connaissance. La première chose à faire dans une telle situation est de parler à la victime pour vérifier si elle est consciente. En cas d’inconscience, vérifiez comment elle respire. Dégagez de son cou tout accessoire susceptible de gêner sa respiration. Placez la victime en position latérale de sécurité (tourné sur le côté). Maintenez également sa bouche ouverte. Cette technique permet de maintenir la liberté de ses voies aériennes. Contactez les secours et maintenez la victime dans cette position jusqu’à leur arrivée.

Cas 4 : l’arrêt cardiaque

Lorsque la victime ne réagit pas et ne respire pas normalement, prévenez tout de suite les secours. Demandez également à d’autres personnes de vous aider à la réanimer.

Libérez les voies aériennes de la victime et commencez un massage cardiaque. Procédez en même temps à un bouche-à-bouche. Effectuez 30 compressions thoraciques, en alternance avec 2 insufflations.

Si possible, utilisez un défibrillateur pour vous aider : posez les 2 capteurs sur le buste nu de l’ individu et appuyez sur le bouton on/off.

N’arrêtez pas la réanimation jusqu’à l’arrivée des secours.

 

Témoins de l’accident, vous êtes la personne la plus apte à secourir la victime. Agissez immédiatement pour augmenter ses chances de survie. Les bonnes attitudes à adopter sont : alerter les secours, sécuriser les lieux, vous protéger et pratiquer les gestes d’urgence adéquats. Faites appel à l’entreprise TRAUMA-SECOURS pour vous apprendre les techniques de base du secourisme. Elle est spécialisée dans le domaine de la formation aux techniques médicales d’urgence à Montréal et alentour. La connaissance de ces gestes vous permettra de sauver la vie de vos proches.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •