De nos jours, l’esprit d’entrepreneuriat prend de plus en plus d’ampleur. Des porteurs de projet font petit à petit leur pas dans le monde des Grands. Ils aiment les challenges. Ils se lancent des défis et souhaitent se démarquer en proposant des offres innovantes. Ils veulent apporter ce qui est meilleur, inédit et adapté aux demandes actuelles. Beaucoup d’entre eux commencent un start up ou formalisent leurs entités. Tandis que d’autres s’installent chez eux, ou dans un petit local provisoirement aménagé. C’est toujours une option inconditionnée, une solution sur du court terme. C’est une bonne chose, mais la présence d’un milieu professionnel formel apporte une plus-value à l’enseigne. De plus, pour recevoir un partenaire ou organisé une réunion, il faut un bureau digne de ce nom. Il faut que cet espace soit soigneusement aménagé, afin de connoter le professionnalisme, la performance, la valeur de la nouvelle entreprise.

Pour cela, il faut un local. Il faut entreprendre les recherches afférentes, suivant des critères déjà définis au préalable. Cette étape n’est pas chose aisée, car la négociation de bail commercial est devenue ardue en vue du nombre important d’entreprises.

Une solution face à cette situation est la domiciliation de société. D’ailleurs, la domiciliation est en quelque sorte obligatoire. L’entreprise est hébergée par une société agréée pour cela.

Le domiciliataire, le domicilié

La société de domiciliation est reconnue légalement pour son activité et est autorisée pour cela. Ce genre d’établissement maîtrise tous les arcanes de la procédure pour l’ouverture d’une entreprise. Que ce soit au niveau du tribunal pour l’acquisition du Registre de commerce jusqu’à l’assurance. Tout est bien structuré pour que le nouvel entrepreneur se focalise juste sur son projet.

Le domiciliataire est tenu d’informer le domicilié des appels, des mails des clients ou encore d’une mise à disposition de courriers. Effectivement, le domiciliataire peut également être une personne physique. Quoi qu’il en soit, il doit disposer d’un agrément, d’une immatriculation RM ou RCS, etc.

L’entrepreneur n’aura pas de souci à se faire, il confie tous les détails de l’entreprise qu’il va ouvrir à la société domiciliataire. En cas de changement ou de cessation d’activité, il doit aviser le domiciliataire. Il pourra finaliser son statut. Son enseigne sera repérable dans les agendas, les annuaires, et même les GPS (un fait découvert récemment).

Le contrat de domiciliation

Pour la domiciliation d’entreprise, des papiers sont à préparer, à remplir et à signer. Les signatures signifient qu’il y eut accord. L’établissement d’un contrat de domiciliation est l’assurance de disposer d’un siège social, d’une adresse pour toutes les démarches d’inscription au registre du Commerce et des Sociétés ou encore de la Chambre des Métiers… Le contrat de domiciliation stipule les obligations des deux parties. On y retrouve tous les détails importants : les noms des entrepreneurs et de leurs représentants légaux, les raisons sociales, toutes les coordonnées, les prestations et services fournis, les tarifs des services et prestations, le dépôt de garantie, le mode de fonctionnement, l’adresse de la domiciliation, la durée du contrat, les éventuelles clauses résolutoires, etc.

Plus de souci à se faire, car Dom’A Meaux est une référence dans ce domaine. La société, implantée à Meaux dans le département de la Seine-et-Marne, propose de domicilier les sociétés ou les antennes commerciales. Experte en la matière, elle apporte des solutions sûres et adaptées.

Par ailleurs, la société propose un service de location de bureau avec tout le support logistique nécessaire à cela : connexion internet, téléphone… Elle dispose des salles de réunion et bureaux (12 à 35 m²) pourvus de tout le matériel requis. L’équipement est complet et fonctionnel. Les offres sont souples, avantageuses, adaptées à tous les besoins.

Tout a été pensé pour que vous puissiez commencer vos projets et que vous puissiez vous focaliser dedans sans vous soucier d’autres choses.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •