Par définition, la soudure est un procédé qui consiste à lier deux pièces métalliques par le biais de la chaleur, d’une pression ou des deux. Elle permet de réaliser différentes formes complexes à faible coût. Mais quelle technique de soudure choisir pour réaliser telle ou telle pièce et obtenir un rendu souhaité? Découvrez, dans cet article, tous les éléments à savoir sur le sujet.

Le soudage Tungsten Inert Gas (TIG)

Le soudage Tungsten Inert Gas ou soudage TIG consiste à utiliser de l’électrode, un gaz inerte et un arc électrique pour l’assemblage des pièces. Souple et fiable, cette méthode de mécano-soudure convient aux alliages, aux rassemblements hétérogènes et à tous types de métal : titane, acier inoxydable, etc. Elle permet de réaliser des pièces esthétiques et solides. Par ailleurs, aucun résidu n’est projeté sur le matériel, aucune matière inutile ne reste et aucune fumée ne se dégage lors du processus.

Le soudage plasma

Cette technique de mécano-soudure présente des caractéristiques plus ou moins identiques au soudage TIG. Toutefois, elle requiert l’utilisation d’un arc électrique dont la température est assez élevée pour garantir la fiabilité de la soudure. Ce procédé au plasma se démarque par sa vitesse de soudage et sa précision. Le soudage à l’arc plasma convient aussi à bien à l’assemblage des très petites pièces de 0,05 mm que des grandes. Elle permet de réaliser des pièces métalliques fiables.

Le soudage Gas Metal Welding (GMW)

Le soudage Gas Metal Welding est aussi connu sous le nom de soudage MIG-MAG. Il s’agit d’un soudage semi-automatique. Cette méthode consiste à utiliser un fil électrode pour former l’arc de soudage avec le métal d’apport. L’émission de l’énergie calorifique de l’arc électrique permet de fusionner les métaux rapidement et efficacement. Adapté à tous types de métal, le soudage GMW permet de réaliser une soudure régulière et de qualité.

Le soudage à l’électrode enrobée

Le principe de cette méthode de soudage consiste à utiliser l’arc électrique pour liquéfier simultanément l’électrode et le matériel à souder. Ne produisant aucune oxydation, le soudage à l’électrode enrobée ne nécessite pas de gaz. Toutefois, ce procédé prend plus de temps que les autres techniques de soudage car il faut nettoyer le laitier au changement d’électrode.

Le soudage au laser

Comme son nom l’indique, cette technique exige l’utilisation d’un laser pour créer une température intense entre 105W/cm² à 109W/cm². Ici, il est possible d’utiliser différents types de laser comme les lasers à solide ou encore les lasers à gaz. Précis et rapide, le soudage au laser offre des rendus de qualité dans des délais très courts. De plus, aucun métal d’apport n’est nécessaire durant le processus.

Le soudage au chalumeau

Le chalumeau utilisé avec ce type de soudage produira une flamme assez chaude pour fusionner les pièces métalliques. Toutefois, le soudage au chalumeau ne peut fonctionner sans l’utilisation de propane ou de méthane et d’oxygène.

Attention !

Le soudage de pièces métalliques (quelles qu’elles soient) est une opération délicate et complexe. Mieux vaut ne pas le réaliser soi-même. En plus de perdre du temps et de l’argent, vous risquerez de vous blesser. En effet, des accidents peuvent arriver. Il est préférable de faire appel à une entreprise dédiée comme TESTE. Spécialistes en mécano-soudure, ils vous garantissent la fiabilité de leurs réalisations. Ils tiendront compte de vos besoins ainsi que des spécificités des éléments à souder afin de définir et mettre en œuvre la technique de soudage la plus appropriée.

Pour votre sécurité et être sûrs d’avoir des pièces métalliques fiables, confiez le soudage de vos pièces métalliques à des professionnels compétents.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •